Compte rendu d’entretien avec Sire Cedric

J’ai eu la chance de rencontrer Sire Cedric à un « Apéro Polar » organisé par les éditions Pocket.

Au départ c’est une discussion collective menée par les éditions Pocket, ensuite j’ai pu discuter avec l’auteur pour continuer cet entretien. Je vous partage une partie de ses conversations, ce que j’ai pu noter.

Sire Cedric

Sire Cédric a choisi d’écrire dans le thriller car il aime prendre des personnes ordinaires et les placer dans des histoires extraordinaires. « Dans un roman quelqu’un va vous expliquer le pourquoi et ça rassure, ça donne le courage d’affronter ses peurs. » Car dans la vie tout ne s’explique pas.

 « du feu de l’enfer » je l’ai écrit avec les codes de l’horreur mais c’est mon premier livre sans fantastique. »

Dans ce roman il n’a rien inventé, il a  compilé que des faits divers réels.

Quand on lui demande si pour lui la scène d’ouverture est très importante, il explique que pour ses scènes d’ouverture il s’inspire du cinéma d’horreur, dans une action immédiate. Il trouve qu’aujourd’hui on est un peu obligé avec la culture de l’image. « Ma pire hantise serait que le lecteur s’emmerde et arrête de lire mon roman pour allumer la tv. » Lui-même, En tant que lecteur est très exigeant, si un livre ne l’accroche pas en 50 pages il l’abandonne.

Il nous a raconté le début « du feu de l’enfer » qui est très rapide dans l’action et assez violent. Je suis justement entrain de le lire et je suis contente qu’il m’ai préparé à ce début. 😉 En tout cas pour le moment je passe de très bons moments de lecture.

« Hitchcock disait qu’il faut donner beaucoup d’informations pour mettre dans le stress. » Il nous donne un exemple que je vous partage.  Imaginez une scène d’attentat a la bombe. Si vous écrivez juste il y a une bombe et elle explose, zéro suspens. Mais si vous avez 10 pages sur un homme qui prépare et pose une bombe, le stress s’installe.

Quand on lui demande quels sont ses sources d’inspirations pour ses héros ils réponds : « Quand j’écris je fais ma thérapie. Je fais des économies de psy. »  Il aime créer des personnages féminins fort. Il créé des personnages principaux dans lesquels il peux se projeter mais il explique que c’est inconscient. Pour les personnages secondaires, ce sont ses proches, sa famille et ses amis son inspiration. « Dans « les feux de l’enfer » j’ai tué toute ma famille. » (rire) Pour les personnages principaux c’est plutôt lui.

Les films cultes qui l’inspire sont Les Hitchcock, et en particulier « psychose », et les réalisations de David Lynch.

Quand je lui demande si quand il commence son roman il connaît déjà la fin de l’histoire il me répond « Quand je commence à écrire je sais exactement ce qui va se passer et a quel moment. »

Il explique aussi que la fin d’un thriller doit être surprenante mais logique.

Un grand merci a Sire Cedric pour ce moment partagé et pour sa dédicace.

 

4 commentaires sur “Compte rendu d’entretien avec Sire Cedric

Ajouter un commentaire

  1. Quelle chance quand on peut interviewer l’auteur. Intéressant comme retour sur ses sources d’inspirations et références.
    Juste une coquille à la 12ème ligne : faits d’hivers à corriger en divers, je pense…
    Merci pour cette chronique, et les autres aussi, of course

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :