Mes lectures : Block 46 de Johana Gustawsson

« Le premier rang de prisonniers s’avança prudemment. Dans une pluie de craquements, les crosses et les bâtons s’abattirent sur les têtes, les épaules, sur les mains levées en signe de protestation. »

Résultat de recherche d'images pour "block 46"

Résumé de l’éditeur :

Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme. Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras. Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie… En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

Image associée
Johana Gustawsson vit à Londres, avec son fils et son mari. Block 46 est son premier roman. Petite-fille de déporté, elle plonge au cœur de la folie meurtrière et ravive la mémoire des crimes nazis.

« La mort n’est pas une absence, lui avait un jour dit Alba, elle est une présence secrète. »

Couverture du livre : Block 46

Mon avis :

Dans ce roman on passe du passé dans le camp de concentration de Buchenwald en 1944 et le présent entre Londres et la Suède. On passe des nazis aux tueurs en séries.
A travers cette histoire, Johana Gustawson nous montre et démontre ce que l’homme est capable de perpétrer de pire.
En commençant ce roman je n’étais pas très motivée par la lecture de ce passé, il est bien plus difficile de lire des horreurs réelles que celles romancées (même si des malades existent aussi).
Mais je me suis faite totalement embarquée autant par une partie que par l’autre. Je cherchais et craignais le lien entre les deux temps.
Pendant la lecture « passé » j’ai eu ces paroles de Goldman qui se sont imposées dans ma tête
« Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d’un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j’avais été allemand ? »

Parce que dans le camp on y suit Eric, un Allemand « non-juif » déporté par les siens parce que sa famille c’était rebellé contre l’autorité Nazi… Et voila ce qui a amené cette chanson dans ma tête… et beaucoup d’autres réflexions avec..

On y découvre aussi la Suède, son climat, son paysage….. Des personnages très attachants…Tout cela est très bien documenté et parfaitement bien écrit. Un rythme soutenu, efficace, qui ne nous laisse aucun répit.
Pour un premier roman, Johana Gustawsson nous a servi un thriller parfait !!

C’est donc logiquement que j’ai attaqué « Mör » tout de suite derrière pour ne pas quitter l’univers de l’auteure et ses personnages principaux.

 

Satisfaction : 95%

Résultat de recherche d'images pour "block 46"

« Je na sais pas comment vont les vôtres après tant d’années, Pearce, mais elle a broyé les miennes en cinq minutes. Bon courage, et tenez-moi au courant »

Un commentaire sur “Mes lectures : Block 46 de Johana Gustawsson

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :