La forêt des ombres de Franck Thilliez

« Le Monstre jailli d’entre les morts. L’âme du Mal. »

fond-foret-ombres
Résumé de l’éditeur :

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige…


« La psychologie… Un vivier où puiser des esprits malades, malléables. Puis jouer de leurs faiblesses, les travailler à sa guise… »

Mon avis :

Comme vous l’avez peut être déjà remarqué je suis une grande fan de Franck Thilliez, mais ce livre a été une énorme déception. Il y a deux raisons principales a cela, l’ambiance générale du roman et le manque total d’imagination car antérieurement prévisible.
Ce roman est un huit-clos, une maison au milieu d’une foret sans moyen de communication etc…. Déjà, une légère impression d’être dans un film d’horreur pour ado des années 90 mais quand même un huis clos ça peut être super intéressant. Cette ambiance n’a pas été pour moi angoissante mais malaisante (ce mot n’existe pas dans le dico mais comme tout le monde l’utilise il devrait être rajouté incessamment sous peu 🙂 ). Ça n’était pas agréable a lire, il me restait une sensation de malaise après chaque moment de lecture et j’avais même parfois aucune envie de reprendre le livre mais voila c’est Thilliez alors je me suis dis « continu il va forcement se passer un truc intéressant et que t’as pas vu venir » et la on arrive a mon deuxième problème avec ce livre…. J’ai compris toute la trame dès le début et même les petits rebondissements de la fin on les comprends au fur et a mesure de l’histoire. Aucune surprise a la fin de ce roman et en le fermant je me suis même dis « tout ça pour ça ? ».

« La forêt changeait de visage. Terre d’abandon, de mystères, de meurtres… Moteur des cauchemars de jeunesse et des réveils en pleurs. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :