Sukkwan island de David Vann

Résultat de recherche d'images pour "sukkwan island"

« C’est quoi ton rêve ? Roy réfléchissait et ne trouvait rien à répondre. Il avait l’impression qu’il était seulement en train d’essayer de survivre au rêve de son père. »

Résumé de l’éditeur :

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

« Ecoute, dit son père. L’homme n’est qu’un appendice de la femme. La femme est entière, elle n’a pas besoin de l’homme. Mais l’homme a besoin d’elle. Alors c’est elle qui décide. C’est pour ça que les règles n’ont aucun sens et qu’elles changent sans cesse. On ne les établit pas ensemble. »

Mon avis :

Huis clos entre un père irresponsable et un fils de treize ans sur une île sauvage du Sud de l’Alaska.
La première partie du livre même si elle m’ennuyait un peu était encore assez intéressante. Les descriptions de la nature, de la pêche aux crabes, de la fabrication du fumoir a poissons.. Ça aurait été intéressant si il y en avait eu beaucoup moins. Parce qu’une foi la pêche aux crabes oui mais 20 fois, non.
Le choc au milieu du livre, ça surprend c’est sure mais la aussi David Vann nous mets beaucoup de descriptions et nous donne une bonne envie de vomir.
Et la, on entame une deuxième partie que j’ai carrément détesté. J’ai lu jusqu’au bout mais je ne sais pas comment !
Le père est d’une connerie inimaginable, antipathique, passant une grande partie de son temps à s’apitoyer sur son sort, à pleurnicher et à vomir. j’ai détesté ce personnage et malheureusement le roman tourne surtout autour de lui.
Apparemment David Vann, on adore ou on déteste, je sais maintenant dans quel groupe je me situe.
Je pense retenter un jour un livre de cet auteur pour essayer de comprendre cet engouement mais pour l’instant j’ai eu ma dose.

« Le truc d’est qu’il y a quelque chose qui cloche chez moi. Je ne peux jamais faire ce qu’il faut, jamais être celui que je suis censé être. Il y a quelque chose en moi qui m’en empêche. »

Satisfaction : 20%

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :