Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

images

« Il avait l’impression que tout cela n’était pas réel, comme un mauvais film se jouant sous ses yeux exténués; un mauvais film qu’il n’avait aucun moyen d’arrêter. »

Résumé de l’éditeur :

L’Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l’image de certains souvenirs. Toxique, à l’image de certains regrets. L’Ancolie, c’est aussi le nom d’un chalet perdu en pleine montagne. C’est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu’il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide. Jusqu’au jour où la mort frappe tout près de lui, l’obligeant à sortir de sa tanière. Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre, que ce n’est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité. Une quête qui va le conduire sur d’effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais. Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale…

« Que le jour est beau, au sortir des ténèbres…. »

Mon avis :

« Jusqu’à ce que la mort nous unisse » est le deuxième roman que je lis de cette auteure. Et c’est encore avec un énorme plaisir. Celui-ci est beaucoup moins angoissant que l’était « juste une ombre ». C’est un roman très diffèrent mais encore très réussi.
Le plus grand talent de Karine Giebel c’est la création des personnages, on s’y attache, on les voit parfaitement comme si c’était une personne juste devant nous. On a peur pour eux et quand on connait l’auteure on a vraiment peur pour nos héros, personnes n’est a l’abri avec elle, jusqu’à la dernière minute tout peut arriver.
Dans ce roman elle a même réussi a me faire aimer la montagne, a travers la vision de Vincent c’est le plus bel endroit au monde. On se projette complètement dans ces lieux.
Le seul point négatif s’il en fallait un, ça serait le suspens, car j’avais deviné les intrigues bien trop tôt. Mais c’est tellement bien écrit que même si on enfonce des portes ouvertes on ne peut lâcher ce livre avant la fin.
Et la fin justement, comme d’habitude, on angoisse a mort, on est tenu par une tension presque palpable…
Alors pour moi c’est encore un grand bravo a Karine Giebel qui je crois est entrain de devenir mon auteur favori de l’année, elle rentre dans mon panthéon des valeurs sures !!

Satisfaction : 85%

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :